Interview à la croisée de l’art et de la politique

  • 15 novembre 2017
  • Sans catégorie

Sandrine Salerno

Interview à la croisée de l’art et de la politique de Tatyana Fazlalizadeh, artiste de rue, et de notre magistrate Sandrine Salerno autour de la thématique du harcèlement.

L’une est une artiste de rue américaine qui placarde depuis cinq ans, dans le cadre de son projet Stop telling women to smile, des portraits de femmes dans l’espace public pour dénoncer le harcèlement de rue. L’autre est une magistrate de la Ville de Genève engagée depuis toujours pour la promotion de l’égalité. La première expose dès aujourd’hui ses monumentaux posters sur les murs de l’Usine dans le cadre du festival Les Créatives. C’est sous l’égide de la seconde que sera lancée par le biais d’affiches, le 15 novembre, une campagne de sensibilisation sur la notion du consentement intitulée Ça veut dire non. Lundi soir, Tatyana Fazlalizadeh et Sandrine Salerno participent toutes deux à une table ronde autour de la thématique du harcèlement. Interview à la croisée de l’art et de la politique.

Lire l’article: Art et politique déclarent la guerre au sexisme

Exposition
Stop Telling Women to Smile du 13 au 26 novembre 2017 sur les murs de l’Usine

Dès le 15 novembre 2017 et pour une durée de deux semaines, campagne d’affichage de sensibilisation sur la notion du consentement intitulée: Non… ça veut dire non

Scroll Up