Résultats des votations du 3 mars 2024

Communiqué de presse du Parti socialiste genevois

C’est un dimanche historique pour la Suisse et un carton plein pour les Socialistes à Genève. A une confortable majorité, la population a accepté de rendre la vie des retraité-es meilleure. C’est une véritable prise de conscience qui s’est opérée : notre pays doit tendre la main à celles et ceux qui en ont besoin, et les seniors en font partie. A Genève, le OUI atteint plus de 75%. Les Socialistes sont extrêmement satisfait-es de ce résultat, et du rejet de l’initiative sur les rentes, qui aurait péjoré la situation de l’ensemble des travailleur-euses. Sur le plan cantonal, les Socialistes se réjouissent du double NON au démantèlement du PAV, signe que les Genevois-es sont attaché-es à la nécessité de construire davantage de logements locatifs abordables. Enfin avec également l’acceptation du contreprojet sur l’impôt sur les véhicules, solution raisonnable, équitable et écoresponsable, celle de la suspension des délais référendaires à Pâques et de la diminution du nombre de signatures pour faire aboutir les initiatives et les référendums c’est un carton plein ce dimanche pour la justice sociale, la solidarité et la lutte contre les inégalités. Saluons encore le taux de participation exceptionnel pour un dimanche de votations : près de 50% à Genève, signe du fort intérêt des Genevois-es pour la défense de leurs droits.

Objets fédéraux

Vivre mieux à la retraite ? OUI ! Travailler plus ? NON !

Le PS s’est engagé pour une treizième rente AVS, dès les prémisses du lancement de l’initiative. C’est donc un grand soulagement et une immense joie de voir cette initiative populaire plébiscitée par la population suisse, et genevoise en particulier. Grâce à ce vote, les bénéficiaires de l’AVS obtiendront le versement d’une rente de vieillesse supplémentaire, équivalant à la rente AVS mensuelle existante, soit une augmentation de 8,33%. Les 200’000 personnes retraitées qui vivent dans une situation de précarité verront leurs ressources augmenter. L’acceptation de l’initiative sera aussi une aide non négligeable pour les femmes, dont un tiers ne dispose pas d’un deuxième pilier.

Les Socialistes se réjouissent du rejet net de la population suisse de l’initiative des jeunes PLR, qui imposait un départ à la retraite à 66 ans, voire plus tard, selon l’évolution de l’espérance de vie moyenne. Cette proposition faisait fi du lien entre la pénibilité du travail et l’espérance de vie, et ignorait de surcroît que les seniors sont beaucoup plus touché-es par le chômage de longue durée. C’est donc une grande satisfaction pour les Socialistes de constater que les arguments des jeunes PLR n’ont pas eu d’écho favorable auprès de la population.

Ces deux résultats de votation sont très prometteurs et augurent le meilleur pour la suite. La suite, ce sont les rentes de la LPP, dont la réforme – très clairement défavorable aux assuré-es – sera prochainement soumise au vote populaire. Les Suisse-sses l’ont montré aujourd’hui, ils et elles veulent préserver les travailleur-euses, les rentier-ères, les plus précaires, celles et ceux qui occupent des professions pénibles. Au vu de ces résultats, nous espérons que les prochaines votations seront-elles aussi favorables au plus grand nombre.

Objets cantonaux

Double victoire pour les locataires

Les Genevoise-es n’ont pas été dupes des arguments mensongers de la droite et des milieux immobiliers qui promettaient monts et merveilles avec un accès facilité à la propriété pour la « classe moyenne » alors que la réalité est tout autre. La population a besoin de logements bon marché, accessibles à toutes et tous, exactement le contraire de ce que proposaient les lois heureusement refusées aujourd’hui.

Les Socialistes tiennent à remercier toutes celles et ceux qui se sont impliqués dans cette campagne, ses nombreux partenaires et ses militant-es qui ont œuvré à défendre le double non. La démesure de la campagne des promoteurs n’aura heureusement pas porté ses fruits. Les Socialistes saluent cette victoire et continueront leurs combats pour des logements accessibles à toute la population, et pour des quartiers diversifiés favorisant la cohésion sociale. Le prochain chapitre se jouera au fédéral, avec les référendums sur le droit du bail qui seront prochainement à l’agenda des votations populaires.

Ces lois étaient au menu des votations suite à deux référendums, les premiers de la nouvelle législature, lancés par l’ASLOCA et ses partenaires, dont le PS. Ce double refus est un signal fort envoyé à la majorité de droite du Grand-Conseil et à la politique antisociale qu’elle mène depuis bientôt un an. Que la droite soit rassurée, le PS continuera de combattre tous les projets contraires aux intérêts de la population, au parlement, dans la rue et dans les urnes, jusqu’à la victoire.

Pour une imposition écoresponsable et équitable des véhicules : OUI au contreprojet !

Les Socialistes se réjouissent que l’initiative aussi démagogique qu’anachronique de l’UDC, de diminuer de moitié l’impôt sur les véhicules, ait été refusée par la population genevoise. Les Genevois-es lui ont préféré le contre-projet, soutenu par une coalition de partis dont le PS, bien plus équilibré tant fiscalement que sur les enjeux environnementaux. Grâce à ce résultat, les véhicules immatriculés à Genève seront taxés en fonctions de leurs émissions de CO2 et de leur poids. Une réforme bienvenue, qui permet d’adapter le dispositif de l’impôt sur les véhicules aux réalités de mobilité du 21ème siècle. Les Socialistes se réjouissent de ce résultat et remercient chaleureusement les Genevois-es d’avoir pris conscience de l’urgence climatique et de ne pas avoir cédé aux sirènes populistes.

Renforcement de la démocratie genevoise

Les Socialistes se réjouissent que les Genevois-es aient accepté de réduire le nombre de signatures requises pour faire aboutir des initiatives et des référendums, ainsi que la suspension des délais référendaires à Pâques. Grâce à ce résultat, les dispositions permettant au peuple de faire une proposition ou de combattre une décision se rapprocheront de ce qui se fait dans d’autres cantons, proportionnellement à la durée légale de récolte. L’exercice de la démocratie directe sera facilité, et les droits politiques renforcés.

Le Cé qu’é lainô entre dans la Constitution genevoise

Les Socialistes comprennent la décision des Genevois-es de vouloir inscrire le Cé qu’é lainô dans la Constitution genevoise, chant auquel les habitant-es de notre canton sont très attaché-es. Sur cet objet, le PS ne donnait pas de recommandation de vote, regrettant la récupération politique autour d’un chant patriotique.


Votations cantonales

Plus d’informations

Suspension des délais référendaires à Pâques et Nombre de signatures pour les initiatives et les référendums

Avec le soutien du Parti socialiste, la population du Canton de Genève a accepté à 83,58% et 63,2% les objets proposant respectivement une suspension des délais référendaires à Pâques et une diminution du nombre de signatures à récolter pour les initiatives et les référendums.

Rappel de l’argumentaire du PS Genevois en faveur

Les Genevois-es sont amené-es à se prononcer sur une réduction du nombre de signatures requises pour faire aboutir les initiatives et les référendums cantonaux et communaux, ainsi que sur la suspension des délais référendaires à Pâques. Au niveau cantonal, le nombre de signatures passerait de 3% à 2% des votant-es pour les initiatives constitutionnelles, et de 2% à 1,5% des votant-es pour les initiatives législatives, ainsi que pour les référendums. A Pâques, le délai serait suspendu, à l’instar de ce qui se fait déjà à Noël ou durant l’été. Dans les communes également, le taux de signatures requises serait abaissé. Ainsi, les dispositions permettant au peuple de faire une proposition ou de combattre une décision se rapprocheraient de ce qui se fait dans d’autres cantons, proportionnellement à la durée légale de récolte. Ces deux propositions sont bienvenues pour que les citoyen-nes puissent exprimer leur volonté dans les meilleures conditions possibles. Les Socialistes appellent à voter OUI à ces deux propositions, qui permettent de renforcer les droits politiques dans notre canton, en facilitant l’exercice de la démocratie directe.


Hymne officiel de la République et canton de Genève

La population du Canton de Genève a accepté à 61,77% la loi constitutionnelle inscrivant le Cé qu’é lainô comme hymne officiel. Le Parti socialiste ne s’était pas positionné sur cet objet.

Rappel de l’argumentaire du PS Genevois

Les Socialistes ne donnent pas de recommandation de vote sur la loi 13253, qui vise à inscrire le Cé qu’é lainô dans la Constitution. Les Socialistes s’accordent sur le fait qu’un chant patriotique n’a rien à faire dans la Constitution d’un canton. Aucun autre canton ne réserve d’ailleurs une telle place à un hymne. Toutefois ils et elles reconnaissent que ce chant a une valeur émotionnelle forte et que les Genevois-es y sont particulièrement attaché-es.

Le Parti socialiste regrette qu’on puisse voir dans cet hymne un quelconque enjeu politique, dans un canton où les votant-es sont déjà sollicité-es pour un nombre considérable d’objets, et ne recommande donc pas de position particulière.


Référendums sur les lois PAV

Comme le Parti socialiste, la population du Canton de Genève a rejeté les deux référendums sur les lois PAV à 56,99% et 57,53% « Pour une contribution temporaire de solidarité sur les grandes fortunes » à 55,12%.

Rappel de l’argumentaire du PS Genevois contre ces lois

Ces deux lois concernent la vente d’appartements en propriété par étage (PPE) dans la Zone Praille-Acacias-Vernets (PAV), respectivement avec et sans le terrain sur lequel ils se trouvent. Passées en force par la droite au Grand Conseil, ces lois sont un affront à la population, qui avait largement approuvé en 2018 une répartition équilibrée des types de logements dans ce quartier.

Les terrains du PAV appartiennent à la collectivité. Il s’agit du plus gros réservoir de terrains publics genevois, et l’un des derniers. Il est donc primordial de le préserver.

L’une des deux lois proposées oblige la collectivité à vendre un grand nombre de ses terrains (en doublant la part de PPE en pleine propriété), l’autre à les louer à des taux dérisoires. Ce sont d’énormes pertes financières pour l’État mais aussi pour toutes et tous les citoyen-nes, au profit des promoteurs qui pourront ensuite vendre des logements à des prix exorbitants.

Encourager de cette façon la spéculation sur des terrains publics est inadmissible. Si l’État garde la main sur ses terrains, il peut conserver un contrôle sur les loyers et s’assurer qu’ils restent abordables. L’existence des terrains du PAV est une aubaine pour la création de logements bon marché à Genève. C’est une réelle chance que l’État ait un tel outil de lutte contre la hausse des loyers et la crise du logement à Genève, il faut impérativement le préserver!

Le Parti socialiste recommande donc de voter 2 x NON à ces lois qui encouragent la spéculation immobilière, qui bradent des terrains publics, et qui bafouent la volonté populaire.

Les terrains du PAV doivent être utilisés pour construire du logement abordable afin de répondre aux besoins de la population. Il est crucial de combattre ces attaques qui visent à spolier la collectivité de ses terrains et obtenir des gains spéculatifs pour les milieux immobiliers.


Modification de l’imposition des véhicules

Avec le soutien du Parti socialiste, la population du Canton de Genève a accepté le contreprojet à l’initiative « Pour la réduction de l’impôt sur les véhicules. L’initiative a été refusée avec 51,58% des voix et le contreprojet accepté à 56,73%.

Rappel de l’argumentaire du PS Genevois en faveur du contreprojet

L’UDC et le MCG proposent une réduction de 50% de l’impôt sur les véhicules à moteur. La majorité du Grand Conseil –d’Ensemble à Gauche au PLR– a refusé ce projet et lui oppose un contreprojet qui permet de repenser notre système actuel d’imposition des véhicules afin de le rendre plus juste et de tenir compte de l’urgence climatique.

L’initiative pour une réduction de l’impôt sur les véhicules est un grand pas en arrière en matière de lutte contre la crise climatique, un pas que nous ne pouvons pas nous permettre d’effectuer.

Diminuer de moitié l’impôt sur les véhicules à moteur reviendrait à créer une incitation totalement opposée aux objectifs climatiques du Canton, en plus d’engendrer une perte de revenu pour la collectivité. C’est un projet anachronique, en décalage total avec la réalité.

Le contreprojet est une proposition bien plus en phase avec son temps. Il s’aligne sur le principe du pollueur-payeur: les véhicules les plus polluants sont les plus taxés. Il permet également de prendre en compte les technologies auxquelles le système actuel est inadapté (par exemple les véhicules hybrides).

Le contreprojet n’est ni une réduction, ni une augmentation de l’impôt sur les véhicules mais un rééquilibrage. Genève est dans la moyenne suisse pour ce qui concerne le taux d’imposition des véhicules (voire en dessous pour certains véhicules légers) et le resterait avec ce nouveau système. Il s’agit d’une proposition qui prend en compte les enjeux actuels de lutte contre le dérèglement climatique, la pollution de l’air et le bruit, tout en évitant une augmentation d’impôt pour les personnes des classes moyennes et populaires qui n’ont actuellement pas d’autre choix que de prendre la voiture.

Les Socialistes vous invitent donc à voter NON à l’initiative pour une réduction de l’impôt sur les véhicules et OUI à son contreprojet, ainsi qu’à choisir ce dernier à la question subsidiaire.


Votations fédérales

Initiative pour une 13e rente AVS

Avec le soutien du Parti socialiste Genevois, la population suisse a accepté l’initiative pour une 13e rente AVS avec 58,25% des voix.

Rappel de l’argumentaire du PS Genevois en faveur de cette initiative

Proposée par l’USS et soutenue par le PS, l’initiative pour une 13e rente demande le versement d’une rente de vieillesse supplémentaire équivalant à la rente AVS mensuelle existante. Cette proposition vise à soutenir les personnes âgées, notamment les 200’000 d’entre elles qui vivent actuellement sous le seuil de pauvreté.

Alors que «la rente de vieillesse doit permettre aux personnes âgées de se retirer de la vie professionnelle tout en jouissant d’une certaine sécurité matérielle», force est de constater qu’il n’en est rien. Les primes d’assurance-maladie et les loyers ne font qu’augmenter et les rentes ne sont aujourd’hui plus suffisantes.

Elles ne permettent pas aux retraité-es de vivre dignement. Le versement d’une 13e rente équivaudra à une augmentation de 8,33% et sera un sérieux coup de pouce pour les retraité-es précaires, notamment pour les femmes, dont un tiers ne disposent pas de deuxième pilier. Pour celles et ceux qui ont la chance d’en avoir un, la 13e rente AVS compensera en partie l’effondrement des rentes du 2e pilier qui ne cessent de baisser depuis dix ans alors que les salarié-es cotisent toujours davantage.

Alors que la droite s’acharne à péjorer les conditions de vie des seniors, la 13e rente AVS est indispensable pour stopper le démantèlement des retraites et améliorer la qualité de vie des seniors.


Loi sur les objectifs en matière de protection du climat

Comme le Parti socialiste, la population suisse a rejeté l’initiative pour une prévoyance vieillesse sûre et pérenne (initiative sur les rentes) avec 74,75% des voix.

Rappel de l’argumentaire du PS Genevois en faveur de cette loi

L’initiative sur les rentes, proposée par les Jeunes libéraux radicaux, demande à relever l’âge de la retraite à 66 ans puis à l’indexer sur l’espérance de vie. Au rythme actuel, les travailleur-euses qui ont 22 ans aujourd’hui prendraient ainsi leur retraite à 69 ans.

Ce projet ne prend pas en compte le fait que l’espérance de vie varie beaucoup selon la catégorie socioprofessionnelle et n’augmente donc pas pour tout le monde de la même façon. De plus, l’espérance de vie en bonne santé, elle, n’a quasiment pas bougé depuis 15 ans. Cette initiative est donc la promesse d’une détérioration des conditions de vie, en particulier pour les personnes exerçant une profession difficile. Cela signifie tout simplement qu’un nombre grandissant de personnes ne survivra pas jusqu’à la retraite. Une situation inacceptable que les Socialistes vous invitent à refuser en votant NON à cette initiative.


Les dates et lieux de nos stands se trouvent sur notre  agenda en ligne.


Anciennes votations